Faites de l’audio learning avec Kumullus !

Faites de l’audio learning avec Kumullus !

Les contenus exclusivement audio sont très appréciés par le grand public. Podcast et livres audio sont maintenant utilisés au quotidien. Des dizaines de nouvelles applications misent d’ailleurs sur le contenu audio pour se développer (notamment Stereo et Clubhouse).

Le format audio comporte en effet plusieurs avantages. Il se focalise sur l’essentiel, le contenu et l’imagination. Le message est donc clair et non biaisé. Il permet également aux auditeurs d’être concentrés sur le contenu tout en leur permettant de faire autre chose en même temps. La création d’un audio est plus simple que la création d’un contenu vidéo, il suffit d’un micro et d’un script ! L’audio est également plus efficace et engageant qu’un simple contenu écrit, il est d’ailleurs moins chronophage pour l’auditeur. En effet, l’audio est pratique, car il ne nécessite qu’un seul de nos sens : l’ouïe. Cela donne ainsi plus de flexibilité à l’apprenant. 

 

C’est pour toutes ces raisons que Kumullus a décidé d’enrichir encore votre expérience au sein de son outil auteur K.Air en vous offrant la possibilité de créer des incrustations audio. La création de vos contenus audio learning avec Kumullus se fait en deux étapes simples.

 

1ère étape : Créer le fond de votre module

Vous pouvez maintenant convertir votre image en une vidéo (en configurant la durée souhaitée) directement dans l’outil K.Air. Cette transformation vous permettra d’offrir un support visuel fixe à vos contenus audio learning.

Vous pouvez bien évidemment utiliser une vidéo avec ou sans son pour accompagner votre audio.

Voici un petit tutoriel vidéo pour vous guider dans la transformation de votre image en vidéo dans K.Air.

2ème étape : Intégrer ou enregistrer votre contenu audio

Le fond de votre module étant prêt, vous pouvez maintenant créer votre incrustation audio depuis l’outil K.Air. 

Deux possibilités s’offrent à vous :

  • Intégrer une piste audio existante (au format MP3) 

  • Enregistrer votre voix directement dans l’outil

Une fois cette piste audio créée vous allez pouvoir choisir la forme qu’elle va prendre sur votre écran.Plusieurs choix s’offrent à vous afin de mettre en avant vos audio : 

  • Créer une incrustation invisible. C’est à dire la possibilité de ne conserver que le son de votre incrustation
  • Créer une incrustation visible. Vous pouvez choisir entre deux formes pour vos incrustations audio : languette ou macaron (cf. photos ci-dessous).

Vous avez également la possibilité de paramétrer les couleurs et l’image de votre incrustation afin de pousser la personnalisation au maximum !

Une fois enregistrée, votre incrustation audio est prête ! Pour vous faciliter la tâche, on vous a également concocté un tutoriel vidéo pour créer et intégrer votre incrustation audio.

 

Pour vous donner un peu plus de contexte, voici un module réalisé uniquement en audio :

 

La création d’un audio learning impactant est simple avec Kumullus. Cette fonctionnalité permet encore une fois de diversifier les contenus que vous proposez à vos apprenants. Cette diversification des contenus combinée à l’interactivité permet de faire exploser l’engagement de vos apprenants ! 

Si vous souhaitez en apprendre plus sur Kumullus, n’hésitez pas à demander une démo de l’outil juste ici.

Les clés pour réaliser un enregistrement audio de qualité

Les clés pour réaliser un enregistrement audio de qualité

L’audio a une place centrale lors de la création de vos contenus. Il transforme une présentation ou une vidéo et a un impact significatif sur la rétention de l’information. Il permet également de ne pas surcharger l’écran d’informations dans le cas d’une vidéo. On note cependant que l’efficacité de l’audio dépend grandement de sa qualité. En effet, l’audio peut être une plus-value énorme, si et seulement si ce dernier est de qualité. Dans le cas contraire, l’effet est inverse, la rétention de l’information est réduite et le temps de concentration est également moindre. 

 

Un audio narratif peut être très puissant, notamment lorsqu’on le superpose à un contenu visuel. L’audio peut également se suffire à lui-même, c’est d’ailleurs une tendance marquée depuis quelques années avec l’explosion des podcasts et des livres audio ! Ces contenus ont le vent en poupe car ils permettent de reposer les yeux, et de consommer un contenu tout en faisant autre chose. C’est ainsi qu’ils captent l’attention des auditeurs. Dans le secteur du learning, ce sont les mêmes codes qu’il faut respecter afin d’optimiser l’attention et l’engagement de l’apprenant. C’est en effet en proposant du contenu de qualité, travaillé et original que l’attention de l’apprenant sera la plus forte. L’objectif affiché est ainsi de réussir un enregistrement audio d’un niveau suffisant pour captiver ses apprenants. C’est avec de la pratique et en respectant les quelques conseils que nous vous livrons que vous y arriverez !

 

1- Apprenez à être un bon narrateur 

 

Donnez de la voix 

 

Votre voix est l’élément essentiel de votre audio. Avoir une belle voix, claire et dynamique, ça se travaille ! Prenez le temps de faire des tests, essayez plusieurs tonalités et faites écouter votre voix à vos collègues ou amis pour avoir leurs retours (je sais, ce n’est pas toujours le moment le plus agréable, mais faites-le !). Ajustez également le niveau sonore de votre voix. Si votre voix a un trop faible niveau sonore, il sera plus difficile de captiver vos apprenants. Inversement, si elle est trop forte, vous risquez de faire fuir vos apprenants (en plus de leur briser les tympans !). On aimerait tous avoir la voix d’Edouard Baer lorsque l’on s’enregistre, mais n’oubliez pas que la pratique est votre meilleur allié !

A.R.T.I.C.U.L.E.Z

 

Cela peut paraître a priori évident, mais ce n’est pourtant pas si simple ! On a vite fait de venir mâcher un mot ou de le raccourcir. Faites attention au bruit que vous faites lorsque vous parlez, ce n’est jamais très agréable d’entendre un bruit de bouche ou encore une grande inspiration. Énoncez chaque mot clairement et distinctement, prenez votre temps. Entraînez-vous, essayez par exemple de prononcer proprement et distinctement : “Donnez-lui à minuit huit fruits cuits et si ces huit fruits cuits lui nuisent, donnez-lui huit fruits crus.” (plus d’exemples ici). Vous pouvez également vous entraîner à parler avec un stylo serré entre les dents, au niveau des molaires (on a certes l’air un peu ridicule sur le moment, mais ça fonctionne !). 

Trouvez la bonne vitesse de croisière

 

On connait tous cette personne qui parle beaucoup trop vite et avec qui on perd le fil de la discussion (peut-être est-ce vous ??). C’est l’exemple à ne pas suivre, surtout lorsqu’on souhaite inculquer une nouvelle connaissance ou pratique à un apprenant. Dans l’idéal, il faudrait un débit de parole compris entre 140 et 160 mots par minute. Dans un contexte de learning (qu’il soit uniquement audio ou également vidéo), ne pas dépasser le seuil des 160 mots par minute est d’autant plus crucial. N’oubliez pas votre objectif : captiver l’attention de vos apprenants. Trouvez votre rythme et soyez dynamique, il n’y a rien de pire qu’une voix monotone et sans émotion pour un apprenant !

 

2- Échos, bruits ambiants, les ennemis d’une bonne qualité sonore 

 

Avoir un environnement calme lors de la prise de votre son doit être une priorité si vous souhaitez proposer un contenu audio de qualité. À moins d’avoir un équipement professionnel (et donc très coûteux), l’environnement doit être propice à l’enregistrement. Évitez d’avoir un espace trop grand (et qui résonne !) et ouvert. Préférez un plus petit espace, fermé et si possible, un minimum insonorisé. 

Dans votre prise de son, le silence est votre meilleur allié. Trouvez un endroit sans bruit ambiant, évitez de vous enregistrer à côté de votre collègue au téléphone ou de vos enfants en train de jouer.

Si vous ne disposez pas d’un endroit assez calme, de l’équipement supplémentaire pourra vous permettre de réduire le bruit ambiant et l’écho de votre pièce sans pour autant vous ruiner !

 

3- Quel équipement pour une bonne qualité audio ?

 

Le choix de l’équipement va être très important pour optimiser votre prise de son. Néanmoins, vous pouvez obtenir un très bon résultat avec peu de moyens (notamment en respectant les conseils énoncés dans cet article). Vous pouvez bien sûr vous rendre dans un studio d’enregistrement pour optimiser votre prise de son, mais la facture peut vite être salée (200€ en moyenne par session d’enregistrement) ! 

Vous pouvez également vous enregistrer directement via votre dictaphone avec un micro d’un casque ou d’écouteurs. Cependant, il n’est pas toujours évident d’avoir un rendu idéal…

Toujours dans une quête d’autonomie dans la création de vos contenus audio learning ou vidéo learning, voyons l’équipement qu’il vous faut pour obtenir un résultat optimal et professionnel sans dépenser des milliers d’euros !

Le micro 

Voici l’élément central de votre prise de son ! Pour une prise de son classique (type voix off ou podcast), un micro cardioïde sera certainement le plus adapté. C’est un microphone sensible au son provenant de l’avant et de l’arrière, mais qui ne tient pas compte des sources de son latérales. Ce type de micro s’utilise sur pied. C’est le plus courant dans les studios d’enregistrement puisqu’il conserve uniquement votre voix et pas les bruits parasites environnants. Il faudra compter entre 130 et 200 euros pour obtenir un micro d’une qualité suffisante ! Il faut également compter environ 50 euros de plus pour un pied pour votre micro et 20 euros pour un filtre anti-bruit. Ce filtre permet de réduire les bruits de bouche lorsque lors de la prononciation de certaines syllabes.

Quelques exemples de micro cardioïde :

 

Si vous souhaitez capter le son d’une personne ou plusieurs personnes en mouvement, le micro cravate est une bonne alternative, elle est peu coûteuse et permet de capter les sons proches. Le micro cravate, à la différence du micro cardioïde, enregistre le son à proximité sans direction précise.

Quelques exemples de micro cravate :

Un bouclier acoustique

Le bouclier acoustique est utilisé avec un micro cardioïde. Il n’est pas obligatoire, mais permet de véritablement optimiser votre qualité sonore. Il permet d’absorber le son autour de votre micro et l’empêche de faire écho dans la pièce. Ce type de bouclier est utile notamment lorsque votre environnement n’est pas idéal. Il faut compter entre 35 et 100 euros pour un bouclier acoustique de qualité suffisante.

Quelques exemples de bouclier acoustique :

 

Avec ce type d’équipement, vous avez toutes les cartes en main pour devenir un pro de l’enregistrement audio. Vous pourrez ainsi captiver vos apprenants dans vos modules de formation vidéo learning ou audio learning directement réalisés dans Kumullus

Avec Kumullus vous pourrez réaliser vos pistes audio directement dans notre outil K.Air. Vous pourrez ensuite enrichir vos modules en les chapitrant et en y ajoutant de l’interactivité. Ces modules sont modifiables à tout moment !

Qu’est-ce que l’Audio Learning ?

Qu’est-ce que l’Audio Learning ?

L’Audio Learning est un terme qui vous paraît familier ? C’est normal, puisque les podcast et les livres audio y sont directement liés. Ce sont des contenus d’apprentissages de plus en plus consommés.

L’apprentissage par l’audio est un format qui plait de plus en plus aux apprenants. Aujourd’hui, beaucoup d’applications comme Stereo, Clubhouse ou Audible se développent et proposent du contenu audio innovant !

Le marché de l’Audio Learning se développe à très grande vitesse et ne fait pas escale. Décortiquons ce phénomène de plus près :

Audio Learning, de quoi parle-t-on ?

 

Définition et caractéristiques

L’Audio Learning est par définition l’apprentissage par l’écoute d’éléments audio. Il est un des quatre styles d’apprentissage reconnu par le modèle d’apprentissage VAK de Fleming parmi lesquels on retrouve l’apprentissage visuel, physique et social en plus de l’apprentissage audio. Chaque individu aura plus ou moins d’affinités avec un certain type d’apprentissage. 30% de la population a de plus grandes facilités avec l’apprentissage audio.

Un bon “auditory learner” est censé :

  • Avoir de bonnes compétences à l’oral et une grande capacité d’écoute
  • Améliorer sa rétention de l’information en lisant à voix haute
  • Être distrait facilement lorsqu’il y a du bruit ambiant
  • Préférer travailler dans un contexte d’échange, de discussion
  • Très bien mémoriser les informations transmises à l’oral

L’audio est perçu par le cerveau comme une information similaire à l’expérience de la lecture. L’effort nécessaire à l’écoute d’un audio est moins important que celui demandé par la lecture. C’est d’ailleurs tout l’avantage de l’Audio Learning et ce qui fait son succès.

Ce dernier donne beaucoup de flexibilité à l’apprenant et c’est ce que recherche fréquemment l’apprenant. Grâce à l’apprentissage audio, les personnes qui ont un emploi du temps très chargé peuvent continuer de se former tout en effectuant d’autres tâches à côté. 

Autre avantage du Podcast Learning : il est moins formel que les autres méthodes d’apprentissage. Un apprenant ne se rend pas nécessairement compte qu’il est en train d’apprendre en écoutant un podcast. Cet aspect informel est bénéfique pour sa motivation. Il se retrouve dans un contexte plus détendu et propice à la rétention de l’information.

 

La montée en flèche de l’Audio Learning

Le marché de l’Audio Learning a augmenté de 15% au premier semestre 2018 et ne cesse de croître ces dernières années. Il se caractérise par deux grands sous-marchés : le livre audio et le podcast.  

Celui du livre audio est maîtrisé en grande partie par le géant Audible (plus de 40% des parts de marché !). 1 français sur 5 a déjà fait l’expérience du livre audio et ce chiffre grandit d’année en année.

Le marché du podcast, lui, se développe également à vitesse grand V ! 9% des français consomment un ou plusieurs podcast chaque semaine. Les podcasts totalisent 90 à 100 millions d’écoutes chaque mois en France. Ces chiffres sont d’autant plus parlant quand on sait que 81% des podcasts sont écoutés dans leur totalité ! L’engagement pour le contenu audio est donc énorme ! 

L’Audio Learning devient alors un format de référence pour les apprenants et une opportunité pour les formateurs afin de maximiser l’engagement de leurs apprenants.

 

Les bonnes pratiques à respecter en Audio Learning

 

Avoir un contenu audio de qualité

Vous vous en doutez, pour capter l’attention de ses apprenants, l’audio doit nécessairement être de qualité.

Pour cela, pas de panique, de nombreuses clés et astuces existent pour réaliser un enregistrement audio de qualité : 

Tout d’abord, entraînez-vous à avoir une voix calme et posée. Personne n’aime vraiment écouter sa voix, c’est pour autant un exercice important pour améliorer son contenu audio. Parlez assez fort pour être parfaitement audible lors de la lecture de vos modules par vos apprenants. Adoptez un ton détendu et dynamique, votre pire ennemi est la monotonie ! Ne parlez pas trop vite, le débit de parole idéal est compris entre 140 et 160 mots par minute.

Ensuite, il vous faudra articuler ! Difficile d’écouter quelqu’un parler lorsque la moitié des mots sont mâchés. Encore une fois, l’entraînement est la solution la plus efficace. Pratiquez, enregistrez-vous et vos contenus d’Audio Learning ne cesseront de s’améliorer.

Enfin, équipez-vous. Plus votre qualité sonore sera bonne, plus votre Podcast Learning sera agréable à écouter. 

Proposer un contenu approprié au format audio 

Le format audio est adapté pour un grand nombre de thématiques. On note cependant quelques règles à respecter :

  • N’oubliez pas que le contenu audio est perçu comme un contenu plus informel pour l’apprenant. Il se doit donc d’être adapté à cette caractéristique. L’Audio Learning doit demander un peu moins de rigueur intellectuelle que les autres formes d’apprentissages.
  • Évitez de créer des formations trop techniques en audio. Cela peut paraître évident, mais donner trop d’informations précises peut se retourner contre vous. Imaginez écouter un podcast vous présentant le montage d’une machine… Compliqué non ?
  • Quelle durée pour un Podcast Learning ? Etant donné que le niveau de concentration nécessaire est différent d’un autre moyen de formation, la durée proposée par celui-ci peut donc être un peu plus longue (81% d’écoute en moyenne pour un podcast). Néanmoins, inutile de proposer un audio de formation d’une heure. Proposez plutôt des audios chapitrés compris entre 7 et 15 minutes par exemple. Le fast learning est d’ailleurs le format de Digital Learning asynchrone le plus efficient ! Cela permet à l’apprenant de se former par séquence et de reprendre le module là où il s’est arrêté. Vous pouvez d’ailleurs chapitrer vos modules de formation audio ou vidéo grâce à Kumullus.

 

Les usages de l’Audio Learning 

 

Les apprenants constamment en déplacement

Beaucoup de personnes sont continuellement en déplacement. Commerciaux, personnel soignant à domicile, livreurs… Toutes ces catégories de travailleurs ont peu de temps pour se poser et donc se former. L’Audio Learning est une alternative très intéressante et pertinente pour ces personnes !

 

Emploi du temps trop chargé pour se former ? Pas de panique, l’Audio Learning est là !

On court souvent après le temps, et on en manque souvent quand il s’agit de se former. L’Audio Learning est pour cet usage très utile et pertinent de par son aspect plus informel. Vos apprenants peuvent en effet écouter un podcast plus ou moins n’importe quand. Transports en commun, tâches répétitives, pause déjeuner… Beaucoup de moments peuvent être propices à la formation audio !

 

Se former avec l’audio pour réduire son temps d’écran

On passe en moyenne 3h par jour sur son téléphone, et certainement plus sur son ordinateur au travail. De plus en plus de personnes sont fatiguées de l’usage excessif des écrans, notamment au niveau des yeux, et préfèrent se former différemment. L’audio est pour cela une belle alternative puisque l’écran est peu utilisé pendant l’écoute.

 

L’Audio Learning, complément des autres types d’apprentissage

 

L’Audio Learning est complémentaire des autres méthodes d’apprentissage, notamment du fait de sa flexibilité et son aspect plus décontracté. 

La diversité des contenus de formation fait la force d’une formation réussie. Cette diversité ne doit néanmoins pas prendre le pas sur la cohérence et la pertinence du contenu pour l’apprenant. C’est dans cette optique que nous avons développé des fonctionnalités permettant de créer facilement des modules d’Audio Learning. Ceux-ci peuvent être chapitrés et enrichis avec des interactivités ! Ces fonctionnalités audio viennent compléter toutes nos fonctionnalités de Video Learning Interactif. Nous avons à cœur de proposer une solution toujours plus complète qui permettant de créer des parcours de formation riches, pertinents et engageants pour vos apprenants ! Pour en savoir plus sur Kumullus et sur ses fonctionnalités d’Audio Learning, n’hésitez pas à prendre rendez-vous pour réserver une démo de notre solution !

Tout savoir sur la compatibilité entre le vidéo learning et mobile !

Tout savoir sur la compatibilité entre le vidéo learning et mobile !

Ce n’est pas un scoop, le e-learning a explosé ces dernières années. Toutes les entreprises veulent digitaliser leurs contenus de formation et proposer une expérience de formation optimale pour leurs apprenants. Cette tendance se confirme d’ailleurs en 2020 avec une étude de l’ISTF qui nous indique que 58% des entreprises veulent tendre vers plus de blended learning et 31% vers plus de distanciel.

Dans cet élan digital, certaines tendances viennent se démarquer. On peut ainsi noter deux grandes impulsions : 

  • L’essor de l’usage de la vidéo dans un contexte learning. Rien d’étonnant quand on sait que 82% du trafic internet sera de la vidéo d’ici à 2022. Bien réalisée, la vidéo est attractive et sait capter l’attention des apprenants.
  • La normalisation de l’usage du mobile dans le cadre de la formation. Le smartphone est au fil des années devenu une extension de notre main, nous passons d’ailleurs en moyenne près de 3 heures sur nos mobiles chaque jour !

Inclure la combinaison de ces deux tendances dans un parcours de formation ne peut donc qu’être une bonne idée pour optimiser l’expérience des apprenants.

Au travers de cet article, vous apprendrez plus sur les chiffres clés de l’usage du vidéo learning sur mobile, les bonnes pratiques à mettre en place pour optimiser l’impact de votre contenu vidéo sur mobile et en quoi l’usage de contenus vidéos interactifs permet d’accroître l’engagement des apprenants.

 

6 chiffres clés : compatibilité video learning et mobile

 

82% du trafic internet sera de la vidéo d’ici à 2022

Comme dit plus haut, la vidéo est un média extrêmement populaire et captivant. C’est un contenu qui retient l’attention et qui fait envie. L’oeil est naturellement attiré par le mouvement, la couleur et le son, valorisez cet enclin naturel dans vos formations !

Les apprenants sont 42% plus réguliers lorsque le contenu video learning est visionné sur mobile

Le mobile est accessible facilement et rapidement de n’importe où. Les apprenants sont plus disposés à regarder des vidéos (et plus globalement des contenus) de formation à n’importe quel moment sur leur smartphone. 

La vidéo fait partie du top 3 des contenus de formation préférés des apprenants sur mobile

Tout un chacun est constamment sollicité par son smartphone, nous recevons d’ailleurs 1 notification toutes les 6 minutes en moyenne. Le contenu proposé doit donc capter l’attention rapidement et c’est ce que fait la vidéo. 

50% des vidéos visionnées le sont sur smartphone

1 000 000 000. C’est le nombre d’heures passées chaque jour uniquement sur des vidéos Youtube. Cette donnée montre bien l’importance de la vidéo dans le monde actuel notamment au niveau mobile. 

La durée optimale des vidéos de formation est compris entre 2 et 3 minutes

Le temps de concentration sur smartphone est faible. Proposez des contenus vidéos courts et impactants pour capter l’attention de vos apprenants. Une vidéo trop longue ? Chapitrez-la avec la solution vidéo learning interactive proposée par Kumullus !

La consommation de vidéos sur mobile augmente de 100% chaque année

On vous disait plus haut que 50% des vidéos visionnées le sont sur smartphone, cette tendance se confirme et s’affirme d’année en année ! En effet, le temps passé devant des vidéos double chaque année !

 

Les 4 bonnes pratiques du video learning sur mobile

 

Comprendre les besoins de ses apprenants 

Vos apprenants sont-ils constamment mobiles ? Ont-ils accès à un ordinateur sur leur lieu de travail ? Quel est l’âge de vos apprenants ? Quel temps peuvent-ils dédier à des vidéos de formation ?

Toutes ces questions ont besoin de réponses, cette étape préalable vous permettra de proposer des modules de formation vidéo cohérents à vos apprenants. Certains de vos apprenants peuvent être en mouvement constant et ne peuvent donc pas avoir accès à un ordinateur, les modules de formations vidéo courts et mobiles sont donc nécessairement plus adaptés. D’autres apprenants préfèrent peut-être simplement étudier des sujets plus concis et rapides sur mobile et une autre partie plus lourde et longue sur ordinateur.

Comprendre les besoins de ses apprenants, c’est optimiser l’impact d’un module de formation.

Le microlearning : être concis et précis dans ses vidéos 

Comme vu dans les chiffres clés plus haut, l’attention sur mobile est moins longue que sur d’autres supports. Pour pallier ce problème, adaptez vos contenus vidéo à cette contrainte. Créez des modules courts et impactants pour vos apprenants ! Divisez et chapitrez vos vidéos par thématiques, vos apprenants peuvent ainsi faire de courtes sessions de formation ! 

Une autre solution pour capter l’attention des apprenants plus longuement est d’enrichir vos contenus avec de l’interactivité, nous aborderons ce sujet plus en détails par la suite !

Soyez créatifs dans la production de vos supports de formation !

Il existe tant de distractions sur un smartphone, une petite notification de message, un appel, votre dernier jeu qui vous incite à revenir sur votre partie… Pas facile de conserver l’attention des apprenants ! 

Afin de réduire les chances que votre apprenant décroche du module, soyez créatifs dans la production de vos vidéos, du chapitrage, de la scénarisation etc… Pourquoi ne pas animer des contenus PowerPoint existants en vidéo (on vous montre comment faire dans cet article au fait !) ? Vous pouvez également tourner vos propres vidéos pour être certain de délivrer le bon message ! Rendez vos supports ludiques (cible jeu, pdf, documents à télécharger, visionneuse office…), proposez du contenu interactif et n’oubliez pas que vos apprenants travaillent sur mobile, faites en sorte que vos textes et documents soient lisibles sur smartphone ! 

Bien choisir ses solutions 

Deux points sont ici à considérer :

  • Vous aurez tout d’abord besoin d’une solution qui vous permettra de générer vos modules de formation, de les chapitrer et de les enrichir avec de l’interactivité. Notre outil auteur K.Air vous permettra d’avoir toutes ces fonctionnalités et bien plus encore, il est également compatible avec toutes les solutions de mobile learning !
  • Vous avez également besoin d’une solution de mobile learning pour administrer vos modules de formation et suivre l’avancée de vos apprenants. Prenez en considération l’accessibilité de la solution, son ergonomie et sa performance dans un contexte où le réseau est mauvais ou instable ! Nous avons identifié 3 solutions performantes sur le marché : Teach On MarsSparted et Yoobic !

 

Mobile learning et vidéo interactive

Comment pousser l’engagement de vos collaborateurs encore plus loin dans un parcours de formation sur mobile ?

On a tous l’habitude d’être en interaction avec nos smartphones, on swipe, on fait glisser, on coche… On aime interagir avec nos mobiles et c’est ce qui permet d’ailleurs de conserver notre attention ! Ces habitudes peuvent et doivent être conservées dans un module de formation sur mobile. C’est ici tout le pouvoir de l’interactivité. ajoutez des jeux (quiz, texte à trous, vrai ou faux, association de cartes…), des documents, des images ou encore des liens externes à vos vidéos afin de stimuler votre apprenant dans son parcours. 

Un parcours de formation se doit d’être ludique, d’où l’importance de l’intégration d’activités pédagogiques dans son parcours !

Se dévoile ainsi toute la puissance du vidéo learning interactif que propose notre outil K.Air combiné à la simplicité du mobile ! Envie d’en apprendre plus ? N’hésitez pas à demander une démo juste ici !

Le vidéo learning sur mobile est devenu un incontournable. La vidéo captive et le mobile donne de la flexibilité à l’apprenant, cette combinaison ne peut donc que marcher à condition de bien préparer ses modules de formation, d’appliquer des bonnes pratiques et de bien choisir ses outils ! 

Avec Kumullus, créez des vidéos interactives, chapitrées et scénarisées très simplement à partir de tous vos supports et boostez l’engagement de vos apprenants dans vos parcours digitaux sur mobile.

Guide des bonnes pratiques sur les activités pédagogiques de Kumullus

Guide des bonnes pratiques sur les activités pédagogiques de Kumullus

Apprendre en s’amusant à l’aide de jeux est une manière très efficace de mieux retenir les informations. C’est pourquoi nous vous proposons de nombreuses activités pédagogiques à placer dans vos modules, afin de tester vos apprenants sur les différents sujets que vous abordez au cours de vos vidéos. D’ailleurs si vous souhaitez en savoir plus sur les bienfaits du jeu dans l’apprentissage, n’hésitez pas à consulter notre article dédié !

Cependant, nous avons fait le constat que vous n’utilisiez presque que la cible quiz classique, permettant de faire des QCM et des QCU. À force d’avoir le même jeu proposé, les apprenants peuvent se lasser du module et détourner leur attention.

C’est pourquoi, nous vous présentons dans cet article nos différentes activités et leurs spécificités, et quelques bonnes pratiques pour les mettre en œuvre !

 

Le Vrai ou faux

 

Le Vrai ou Faux est une activité pédagogique très rapide, utilisée pour tester une connaissance précise et particulière. 

Pour l’utiliser de manière efficace, nous vous conseillons de placer la question très peu de temps après le passage de la vidéo où l’information est mentionnée. Cela permet à l’apprenant de savoir que l’information est importante mais aussi de mieux la retenir.

Vous pouvez utiliser cette activité pour tester la connaissance de vos apprenants sur un concept par exemple.

Ici, sur la culture d’entreprise :

La bonne pratique ?

Ne posez pas trop de questions à la suite dans cette cible, le but de cette activité est avant tout d’être rapide !

 

Le Mot mystère

 

Le mot mystère permet de tester votre apprenant sur sa capacité à trouver un mot à l’aide d’une question ou d’une définition.

Pour l’utiliser de manière efficace, nous vous conseillons de placer la question très peu de temps après le passage de la vidéo où le mot est mentionné. Cela permettra à l’apprenant de savoir que l’information est importante mais aussi de mieux la retenir.

Vous pouvez utiliser cette activité pour tester votre apprenant sur sa connaissance du vocabulaire technique de votre secteur d’activité par exemple.

Ici, dans le secteur automobile :

La bonne pratique ?

Veillez à mettre des indices pour mettre votre apprenant sur la voie ! Classez vos indices du plus vague au plus précis pour leur laisser le temps de trouver la réponse par eux-mêmes !

 

Ordonner les cartes

 

Le jeu “ordonner les cartes” est une activité pédagogique permettant de tester l’apprenant sur sa capacité à remettre des cartes dans un certain ordre.

Pour l’utiliser de manière efficace, nous vous conseillons de placer la question à la fin de votre chapitre. Cela permettra à l’apprenant d’avoir le temps de comprendre l’ordre des événements ou des étapes et de mieux le retenir.

Vous pouvez utiliser cette activité pour tester votre apprenant sur des dates par exemple, en lui faisant remettre des évènements par ordre chronologique, mais aussi sur des processus de fabrication, en lui faisant remettre les différentes étapes dans l’ordre.

Ici, dans le domaine du BTP :

La bonne pratique ?

Essayer d’illustrer vos cartes avec des images ! Cela rendra le jeu plus attractif et plus parlant pour vos apprenants.

 

Classer l’image

 

Le jeu “classer l’image” est une activité pédagogique rapide permettant de tester l’apprenant sur sa capacité à associer une définition, une explication ou un mot à une image.

Vous pouvez utiliser cette activité pour tester votre apprenant sur un geste métier par exemple, en lui montrant une photo d’un geste précis et en lui demandant de l’indentifier.

Ici, pour un souffleur de verre :

La bonne pratique ?

Cette activité étant un QCU, n’hésitez pas à utiliser cette cible lorsque vous souhaitez poser des questions à une seule réponse ! Cela changera du quiz normal et cela permettra d’illustrer votre question avec une image.

De plus, ne posez pas trop de questions à la suite dans cette cible, le but de cette activité est avant tout d’être rapide !

 

Associer les cartes

 

Le jeu “associer les cartes » est une activité pédagogique, qui permet de tester l’apprenant sur sa capacité à relier entre elles des mots, des concepts ou des images.

Pour l’utiliser de manière efficace, nous vous conseillons de placer la question après le passage où les différentes associations ont été mentionnées. Cela permettra à l’apprenant de mieux ancrer ces associations. Ce jeu n’étant pas un jeu rapide, évitez cependant de le placer au milieu d’une explication ou d’un passage important.

Vous pouvez utiliser cette activité pour tester la connaissance de vos apprenants sur la connaissance des produits que vous vendez par exemple en leur demandant d’associer le produit à son nom ou à une caractéristique.

Ici, pour expliquer ce qu’est la mission d’une entreprise :

La bonne pratique ?

Pensez à mettre des images dans les cartes, cela permet de rendre le jeu plus attractif !

 

Les Quiz (QCU ou QCM)

 

Le Quiz est une activité pédagogique rapide, utilisée pour tester plusieurs connaissances sur un sujet. Il se décline sous la forme de QCU (à réponse unique) ou de QCM (à réponses multiples).

Pour l’utiliser de manière efficace, nous vous conseillons de placer la question à la fin de votre chapitre. Cela vous permettra de pouvoir tester les apprenants sur différentes notions abordées dans le chapitre dans un même quiz. N’hésitez donc pas à poser plusieurs questions à la suite !

Vous pouvez utiliser cette activité pour tester la connaissance de vos apprenants sur les notions que vous lui avez présentées.

Ici, sur la connaissance d’un contrat :

La bonne pratique ?

Veillez à ne pas poser trop de questions ! Nous vous conseillons de ne pas dépasser 5 à la suite, au-delà votre apprenant risque de se lasser du format ou bien de décrocher complètement de votre vidéo, qui est votre support de formation.

Trouver dans l’image

 

Le jeu « trouver dans l’image » est une activité pédagogique ludique et visuelle. Il permet à l’apprenant de répondre à une problématique en sélectionnant les bonnes réponses directement dans l’image de votre choix.

Pour l’utiliser de manière efficace, nous vous conseillons de sélectionner une image de bonne qualité avec des éléments assez faciles à distinguer par l’apprenant ! Ce jeu est très ludique, l’interaction avec l’image donne une impression d’immersion toujours plus forte à l’apprenant.

Vous pouvez par exemple utiliser cette activité pour ancrer les informations d’une carte ou les éléments du corps humain.

Ici, pour tester des connaissances historiques sur une carte :

La bonne pratique ?

Pensez à créer des zones de réponse qui s’adaptent correctement à la taille de l’élément à trouver !

 

Texte à trous

 

Le jeu « texte à trous » est une activité pédagogique qui permet de tester précisément l’apprenant sur certains notions abordées dans vos chapitres.

Pour l’utiliser de manière efficace, nous vous conseillons de créer des textes assez courts afin de conserver l’attention de l’apprenant. Faites également en sorte que votre cible ne coupe pas le discours de l’intervenant dans votre video learning . Cette cible n’étant pas un jeu rapide, il vaut mieux la positionner en fin de discours, de dialogue ou de chapitre.

Vous pouvez utiliser cette activité pour ancrer un discours commercial ou des informations précises et importantes à l’apprenant.

Ici, sur les secrets d’un bon feedback :

Texte à trous

La bonne pratique ?

Faites en sorte de ne pas mettre trop de mot à trouver afin de ne pas perdre l’apprenant. Vous pouvez également donner des indices à vos apprenants en mettant la première lettre du mot à découvrir !

 

Quelques bonnes pratiques générales

 

Pour finir, voici quelques bonnes pratiques à mettre en place dans vos modules afin de les rendre plus attractifs pour vos apprenants !

Tout d’abord, veillez à varier les activités pédagogiques. Si vous ne mettez que des quiz ou que des vrais ou faux, l’apprenant risque de se lasser et de quitter votre module. Essayez de mettre de nouvelles activités ! Cela vous permettra de tester vos apprenants de différentes façons et sur différents sujets et cela lui permettra d’avoir le sentiment de jouer tout en retenant les informations !

Ensuite, veillez à ne pas poser trop de questions par cible. Enchaîner quelques questions peut être pertinent pour tester sur un sujet, mais trop de questions risque de perdre l’apprenant.

Enfin, avec la cible mixte, vous pouvez enchaîner des questions de différents jeux à la suite : par exemple une question “ordonner les cartes” juste après un mot mystère, ou un QCM juste après un “classer l’image”, etc. Si vous souhaitez placer plusieurs questions dans votre cible, n’hésitez pas à utiliser cette fonctionnalité ! Cela vous permettra de varier les activités d’une question à l’autre.

Un dernier conseil, mettez des cibles invisibles dans votre module ! Avec des cibles invisibles en ouverture automatique, vous pourrez surprendre votre apprenant avec des activités au cours de son module ! Dans ce cas là, veillez à ne pas poser trop de questions pour ne pas charger votre apprenant. 

Maintenant, à vous de jouer !

 

Comment créer facilement un contenu vidéo interactif ?

Comment créer facilement un contenu vidéo interactif ?

Une personne retient généralement 10% de ce qu’elle lit, 20% de ce qu’elle entend , 30% de ce qu’elle voit et 50% de ce qu’elle voit et entend (d’après une étude menée par le chercheur canadien Thierry Karsenti, spécialisé dans l’application des T.I.C. à l’éducation). Pour faire passer une information, que ce soit à des clients dans le cadre d’une communication sur un produit ou à des collaborateurs dans le cadre d’une formation, le meilleur moyen pour qu’elle soit retenue est la vidéo. Cependant, dans une culture de zapping et d’ultra-sollicitation, la vidéo seule est insuffisante : 5% des gens arrêtent de regarder une vidéo après 1 minute et 60% après 2 minutes. C’est pour cela qu’un bon moyen pour garder l’engagement des spectateurs est d’utiliser la vidéo interactive. 

 

Pour créer un contenu vidéo interactif, il vous faut tout d’abord une vidéo. La vidéo peut faire peur car elle nécessite souvent beaucoup de temps et d’argent pour être produite : il faut écrire les scénarios, organiser les tournages, réaliser le montage, etc. Mais si vous n’avez ni le temps, ni le budget, ne vous inquiétez pas ! On vous livre quelques petits conseils pour créer des vidéos rapidement, facilement et en minimisant vos dépenses !

 

Comment créer un contenu vidéo facilement ?

 

Si vous souhaitez créer vos vidéos vous-mêmes, il vous faut un peu d’organisation. En effet, si vous partez avec votre caméra sous le bras en vous disant que vous saurez quoi dire et quoi filmer quand elle sera allumée, vous risquez d’aller droit dans le mur. 

Pour qu’une vidéo soit impactante, il faut qu’elle soit bien construite. Pour cela, réfléchissez à l’avance à l’objectif de votre vidéo : à qui s’adresse-t-elle ? Quel est son but (vendre un produit, former un nouveau collaborateur, faire réfléchir un public) ? 

Une fois que vous aurez ces éléments, il vous faudra écrire un scénario. Ne vous inquiétez pas, vous n’aurez pas besoin d’un scénario de 100 pages digne des plus grands réalisateurs hollywoodiens pour que votre vidéo ait de l’impact ! Quelques lignes peuvent suffire. L’important, c’est de savoir où vous allez ! Si vous et vos collaborateurs devez parler dans votre vidéo, il est important d’écrire les scripts à l’avance, afin que chacun sache quoi dire précisément.

Une fois que tout ça est en place, vous pouvez filmer ! Vous n’aurez pas besoin d’avoir de matériel spécifique pour cette étape, vos smartphones suffiront largement ! (Petit tip : pensez à filmer en mode paysage, ça rend mieux !).

Maintenant que vous avez votre vidéo, il vous suffit de la monter ! Certains logiciels gratuits tels que iMovie ou MovieMaker sont assez simple d’utilisation et vous permettront d’obtenir un rendu correct en un temps limité.

 

Si vous ne savez pas comment vous y prendre, ne vous inquiétez pas ! Il existe beaucoup d’outils en ligne ou sur mobile qui peuvent vous aider à réaliser et monter vos vidéos très simplement. Par exemple, les applications mobiles Kannelle ou Storyfox sont conçues pour être intuitives et faciles d’accès. Vous serez ici guidés du début à la fin de la création de votre vidéo, et n’aurez qu’à suivre les indications données par les applications. Bien sûr, tous les éléments sont personnalisables, vous pourrez donc créer la vidéo que vous souhaitez. Avec un montage automatique, votre vidéo sera prête en un rien de temps !

 

Comment réutiliser ses contenus ?

 

Si vous ne souhaitez pas créer de nouveaux contenus vidéos, vous pouvez aussi réutiliser les contenus que vous avez déjà.

 

En ce moment, de plus en plus de conférences et de tables rondes sont faites en ligne afin qu’elles soient accessibles à tous, ce sont des webinaires. Il est possible d’enregistrer ces webinaires et d’en diffuser un replay. Ce sont des contenus vidéos qui nécessitent très peu de travail et qui peuvent très bien être réutilisés. 

 

Un autre type de contenu que vous pouvez utiliser sont les présentations PowerPoint. Envoyées à des collaborateurs ou à des clients, ces présentations ne connaissent pas beaucoup de succès car elles contiennent trop de slides ou ne sont pas assez attractives à lire. Beaucoup se contentent de les télécharger mais ne les ouvrent jamais. C’est pour cela que les transformer en vidéo est une bonne solution ! Pour cela, rien de plus simple ! Il vous suffit d’enregistrer votre diaporama avec une voix off, de faire défiler les animations, et vous aurez une vidéo prête à être utilisée en un temps record.

 

Rendez vos contenus interactifs !

 

Une fois que vous avez votre vidéo, vous pourrez la transmettre à vos clients et à vos collaborateurs et l’effet sera garanti !

 

Mais si vous souhaitez booster l’engagement de vos spectateurs sur vos vidéos et être sûr(e) qu’ils ne décrochent pas au bout de quelques minutes, essayez d’y ajouter de l’interactivité ! Avec l’outil K.Air, rien de plus simple. Vous pourrez chapitrer votre vidéo et y ajouter des documents complémentaires ainsi que des activités pédagogiques en quelques clics. 

PRÊT(E) À REVOLUTIONNER VOS FORMATIONS ?Demandez une démo de notre outil !

Découvrez Kumullus et comment créer des vidéos interactives, chapitrées et scénarisées très simplement à partir de tous vos supports et booster l’engagement de vos apprenants.