Les activités pédagogiques intégrées aux formations digitales sont un outil de plus en plus répandu et dont les modalités sont toujours plus variées. Mais pourquoi et comment le jeu est-il efficace en formation ? Qu’est-ce qui explique son essor ? Comment l’appliquer et en faire un levier d’engagement ?

 

Qu’est-ce qu’une activité pédagogique en learning ?

 

Une activité pédagogique, telle que celles que nous proposons chez Kumullus, est une modalité ludique intégrée au parcours de formation proposé à l’apprenant. Il peut s’agir de plusieurs formats tels que le quiz, le vrai ou faux, le jeu « associer les cartes », le jeu « ordonner les cartes » … De plus en plus d’activités sont disponibles. Il s’agit également d’un format apprécié tant par les formateurs que les apprenants. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’un moyen de rendre les formations plus vivantes et attrayantes mais également d’ancrer les connaissances et aptitudes mises en avant lors de formations et ainsi de maximiser leurs impacts. Mais quels sont les mécanismes mis en place qui font de l’utilisation de ces activités la nouvelle modalité engageante des formations digitales ?

 

 

Les implications de l’utilisation du jeu dans l’apprentissage

 

En premier lieu, le jeu recentre le processus d’apprentissage autour de l’apprenant. Le parcours est vécu à la première personne. Il n’est plus tourné vers le formateur qui anime la formation mais vers l’apprenant qui va la faire évoluer et avancer. Cela engendre une valorisation du rôle de l’apprenant dans le processus de formation et permet de le placer dans une position engageante.

 

Il permet également une autonomie de l’apprenant. La définition de l’issue de son parcours est entre ses mains.

Ce processus de responsabilisation est un facteur motivationnel. L’apprenant sait que s’il est impliqué et réussit la complétion des jeux, il obtiendra un résultat final valorisant.

 

De plus, l’effet de surprise quant aux questions posées, activités proposées et au moment où elles apparaissent au cours de la formation permet de garder l’apprenant alerte et engagé. Il est ainsi bénéfique d’intégrer des activités variées dans vos formations qui apparaissent de manières diverses (par surprise ou cachées sous les éléments de votre vidéo de formation par exemple). Un ensemble de pratiques de cet acabit permet de rendre votre formation plus efficace (vous pouvez retrouver plus d’informations sur les bonnes pratiques concernant les activités pédagogiques dans notre article dédié).  

 

 

Les implications cérébrales de l’utilisation du jeu en formation

 

Le retour fait à l’apprenant stimule son système hormonal de récompense. Le jeu le mobilise, le met au défi et lui fait viser la réussite. Lorsque cette dernière est atteinte, un stimuli est envoyé au système de récompense du cerveau de l’apprenant, provoquant un plaisir associé au fait d’avoir mené la tâche à bien. Ce processus a une explication hormonale simple. Le système de récompense permet à notre cerveau de considérer une réalisation positive comme telle. C’est lui qui fait que le fait de se nourrir soit perçu comme un plaisir par notre cerveau puisqu’il permet de satisfaire un besoin primaire. Il en est ainsi pour les éléments basiques et nécessaires de la vie tout comme pour les petites réalisations du quotidien. Ce processus se fait via la sécrétion de dopamine qui va être relayée dans notre système de récompense et procurer une sensation de plaisir.  Le système de récompense aide toute personne dans son développement à partir du plus jeune âge et tout au long de sa vie. Il est par conséquent profondément intégré dans notre fonctionnement et impacte l’ensemble de nos agissement, motivations et apprentissages.

 

Dans le cas de l’utilisation du jeu en formation, le système cérébral de l’apprenant associe les données retenues comme un levier motivationnel et les retient de manière plus effective.

 

L’utilisation de jeu au cours du processus d’apprentissage stimule la polyvalence et la mémoire de l’apprenant d’une manière globale. En effet, lorsqu’il est concentré sur une action A (dans notre cas le fait de suivre une formation) et qu’il est interrompu par une action B (dans notre cas une activité pédagogique venant mobiliser ses connaissances et renforcer son apprentissage), l’apprenant doit mobiliser sa gestion du temps et des tâches en parallèles. Il doit prioriser l’action B, tout en gardant l’action A en tête. C’est alors la mémoire en pile qui est stimulée.

L’aptitude à pouvoir gérer plusieurs tâches en parallèle paraît innée pour certains, cependant elle se travaille et se développe. Le fait de proposer des formations variées et intégrant plusieurs formats à vos apprenants permet ainsi de renforcer leur polyvalence et leur gestion du temps et ce, en association avec le contenu que vous leur proposez.

 

Plus le jeu est mobilisant, plus il mettra votre apprenant à l’épreuve et plus la réussite sera perçue comme importante par son système de récompense. Il est donc essentiel de mettre en place des jeux stimulants mais qui ne soient pas trop difficiles. Cela nous mène vers le sujet du rôle du concepteur dans la mise en place d’activités pédagogiques.

 

Le rôle du concepteur dans la mise en place d’activités pédagogiques

 

L’utilisation d’activités pédagogiques dans nos formations peut être un vrai levier d’apprentissage et d’engagement. Le concepteur peut utiliser ce levier pour mettre en avant les notions et éléments qu’il souhaite inculquer à son apprenant. Cependant, il est important de garder en vue que ce levier ne peut être effectif que s’il est mis en place correctement.

 

Tout d’abord, il est crucial que les activités pédagogiques reprennent les éléments abordés lors de la formation. Elles doivent être personnalisables au maximum par le concepteur, tant sur le fond que sur la forme. Évitez donc les templates trop génériques ou les questions redondantes au cours de la formation. Les activités doivent mobiliser vos apprenants sur des notions précises et établies. Nous vous conseillons de mettre en place une maquette claire de votre formation agrémentée d’activités pédagogiques au préalable.

 

La mise en place d’activités tournées autour d’objectifs d’apprentissage et de rétention précis permet également de mettre l’apprenant au défi. Évitez les questions trop faciles ou les activités pour lesquelles votre apprenant n’a à mobiliser qu’une infime partie de ses connaissances et aptitudes. De telles activités feront perdre de la crédibilité à votre formation. Cela aura pour impact une baisse de motivation de votre apprenant qui lui accordera moins de sens. Il se demandera pourquoi il suit une formation qui ne lui apporte rien de nouveau, dont il aurait pu réussir les tests sans information préalable.

Au contraire, mettez votre apprenant au défi ! Challengez-le ! Montrez-lui que la formation qu’il est en train de suivre va lui apporter de nouvelles connaissances et aptitudes. S’il doit se creuser les méninges pour réussir les activités que vous lui proposez, il n’en sera que plus motivé ! Sa perception de votre formation sera alors améliorée puisque votre apprenant lui donnera plus de sens.

 

Le dernier élément crucial est de faire varier vos activités. Le quiz est bien connu dans les parcours de formation, presque trop. Même s’il reste un élément fort pour tester vos apprenants, il ne doit rester le seul, sous risque de neutraliser l’effet de surprise lié aux activités pédagogiques. Sur la plateforme Kumullus, une cinquantaine de combinaisons sont disponibles pour créer des activités pédagogiques variées et personnalisables au maximum. Utilisez les drag and drop, les vrai ou faux, les textes à trous, faites deviner des mots mystère… Vos activités pédagogiques sont un moyen idéal pour apporter de la variété et du punch dans vos parcours de formation !

 

PRÊT(E) À REVOLUTIONNER VOS FORMATIONS ?Demandez une démo de notre outil !

Découvrez Kumullus et comment créer des vidéos interactives, chapitrées et scénarisées très simplement à partir de tous vos supports et booster l’engagement de vos apprenants.