Le mois de septembre est synonyme de reprise après des vacances bien méritées pour la plupart d’entre vous. Pour que vous restiez à la page des dernières tendances du learning, l’équipe Kumullus vous présente celles qui montent en ce moment.

Le secteur edtech est en évolution constante et certaines pratiques sont de plus en plus appréciées par les concepteurs comme les apprenants. Voici celles à garder en vue :  

 

1. Le mobile learning 

 

Le mobile learning désigne l’accès à des ressources de learning directement depuis le smartphone de l’apprenant. Il permet une mobilité géographique complète, l’apprenant peut accéder au contenu de learning quel que soit l’endroit où il se trouve, tant qu’il dispose d’une connexion internet et d’un smartphone. Des applications spécialisées permettent la lecture de modules en mobile learning telles que Teach On March ou Sparted

L’aspect pratique du mobile learning en fait une tendance, cependant, il est important d’avoir la bonne approche de cette solution. La concentration de l’apprenant ne sera pas forcément optimale puisqu’il accédera peut être au contenu de mobile learning dans des lieux portant à la distraction tels que les transports en commun, les salles d’attente, la rue… L’écran sur lequel il aura accès au contenu sera également beaucoup plus petit qu’un écran d’ordinateur. Pour ces raisons, il convient d’utiliser des formats de learning courts, interactifs et optimisés pour un petit écran.

 

2.  Le microlearning 

 

Le microlearning consiste à utiliser des supports d’apprentissage courts et condensés. Il peut s’agir de courts articles ou modules, de vidéos, d’infographies, de podcasts ou d’une combinaison de plusieurs éléments. L’objectif est simple : fournir un maximum d’informations en un minimum de temps pour ne pas perdre l’attention de l’apprenant. Mixez ce format avec des modules de vidéos interactives et vous pouvez être certain que votre apprenant intégrera votre message ! 

 

3. La gamification 

 

La gamification d’un module de e- learning correspond à l’intégration d’éléments de jeu dans le processus d’apprentissage. Elle permet de donner une dimension ludique et immersive à ce dernier. En pratique, les modules créés ressemblent à un jeu vidéo. L’apprenant doit faire des choix qui le mèneront vers différents scénarii. Il est également confronté à des éléments interactifs de jeux tels que des quizzs ou des textes à trous qui lui feront obtenir un score final. Alors qu’il est pris dans le jeu, sa concentration et l’intégration des éléments présentés sont décuplées. La gamification peut être tout particulièrement utile pour retenir l’attention de l’apprenant dans des modules de mobile learning. 

 

4. L’immersive learning 

 

L’immersive learning repousse les limites de l’apprentissage. Il s’appuie sur l’utilisation de la réalité virtuelle pour immerger votre apprenant dans la situation choisie. 

De cette manière, vous pouvez simuler des scénarii de toutes sortes et éduquer votre apprenant dans un contexte particulier. Cet outil peut être tout particulièrement indiqué pour des entraînements à faire face à des situations catastrophes ou pour faire découvrir un environnement à l’apprenant.  

L’utilisation d’images et vidéos en 360° intégrées dans des modules interactifs classiques s’inscrivent dans la dynamique immersive que connaît le learning. Il s’agit alors du recours à la réalité augmentée, plus accessible que la réalité virtuelle et permettant également une immersion de l’apprenant. 

 

5. L’interactivité

 

Dans un contexte digital, l’interactivité se traduit par l’implication d’éléments mobilisant la participation active de l’apprenant. Ces éléments peuvent être intégrés directement dans les modules de digital learning et remplacer ainsi les interactions produites dans un contexte présentiel. Ils peuvent également faciliter l’accès à un grand nombre de ressources.

 

6. L’adaptive learning

 

L’apprentissage adaptatif permet de proposer du contenu suivant le profil de l’apprenant. 

De cette manière, ce dernier reçoit les informations sélectionnées suivant son profil et les objectifs d’apprentissage fixés par le créateur du contenu. De plus, son engagement est décuplé car le contenu du module lui correspond à 100%. Les modules de learning proposant plusieurs scénarii grâce à un structure intégrant une arborescence suivant les choix de l’apprenant permettent à un unique module de s’adapter au profil de l’apprenant.