Miroir, oh mon beau miroir.

Qui n’a pas un jour entendu parlé des « Livres dont vous êtes le Héros ». Les scenarii à embranchement sont un moyen très performant de pratiquer des nouvelles compétences et de donner la main à l’apprenant pour vivre son aventure. Le « learning by doing » lui offre des choix et des feedbacks tout au long de son module. La puissance cognitive provient de la mise en situation proposée et l’apprenant voit ainsi ses nouvelles compétences mobilisées dans le monde réel. Miroir, oh mon beau miroir, montre-moi ce qui m’attends.

Tout faire à l’envers !

Pour construire son scénario, il est important de se demander ce que l’apprenant doit avoir vécu et ce que vous souhaitez qu’il fasse différemment après avoir suivi ce module. En ce sens, la bonne approche consiste à commencer par la fin de l’histoire pour remonter le temps et définir la colonne vertébrale du parcours. Commencer par la fin est une astuce bien connue des créateurs de chasses aux trésors.

En parallèle, les erreurs que vous identifiez deviennent les distracteurs dans les questions de votre scénario à embranchement. Les erreurs et les endroits où les gens sont bloqués vous aident à déterminer où placer les points de décision. Si certaines parties du processus sont assez claires et sans problème, vous pouvez rendre ces sections passives dans le scenario. De cette façon, vous pouvez vous concentrer sur ce dont vous avez vraiment besoin pour atteindre vos objectifs dans la construction. 

Le questionnement principal porte sur les points du processus où les apprenants se retrouvent coincés. Si vous avez accès à des apprenants ou à des personnes qui ont récemment acquis la compétence, demandez-leur aussi. Cela pourra compléter l’avis de l’expert métier.

Une fois que vous avez établi une liste d’erreurs et une colonne vertébrale pour le parcours, vous pouvez commencer à poser les points de décision. Vous décrivez alors le processus et notez où vous allez insérer des points de décision qui permettent aux apprenants de faire les erreurs que vous avez identifiées.

Si vous ne suivez pas un processus établi, pensez à un flux logique d’événements. Parfois, une erreur particulière se produit évidemment au début ou à la fin d’un parcours. Recherchez les points de consigne et suivez le reste des étapes.

L’arbre d’équilibre.

Lors de la phase de conception, le dessin est le moyen le plus lisible pour avancer. La représentation de l’arbre reflète immédiatement l’équilibre du parcours proposé et l’identification des points décisionnels sous forme de choix ou de quiz. Utilisez un dessin enfantin pour que tout le monde se représente bien les parcours. Ensuite, à la manière d’un story-board, vous positionnez les vignettes/saynètes sur les différentes branches de votre arbre. Vous pouvez ensuite checker votre liste de comportements depuis le début de l’analyse. Ai-je inclus toutes les décisions et tous les comportements critiques ? Toutes les erreurs courantes ont-elles bien été prises en compte ?

Votre scénario à embranchement est bien conçu, la production peut commencer !